Le TDAH n’est pas un déficit d’attention

Le terme « déficit » d’attention porte grandement à confusion. Tout d’abord, ce terme laisse sous-entendre que la personne est incapable de se concentrer du tout ou seulement sur une très courte période. Pourtant, lorsqu’on s’attarde au fonctionnement interne d’une personne ayant un « TDAH », l’attention n’est pas manquante, au contraire, ni troublée dans sa modulation.

 

Il n’y a pas qu’une seule, unique et bonne manière de se concentrer. Thom Hartmann a fait une comparaison intéressante pour illustrer l’attention distinctive des personnes ayant un « TDAH ».  Leur attention fonctionne comme un radar à balayage. Comparativement aux neurotypiques qui ont une attention comparable à un projecteur.

Ainsi, l’observation de l’environnement, d’un objet ou d’une image se fait point par point. Ils ont pleinement conscience de leur environnement en entier. On parle d’une attention multifocalisée. Tandis que l’attention d’un neurotypique se concentre sur un seul point à la fois.

Les personnes ayant cette attention multifocalisée sont hypersensibles et perceptifs. Ainsi, ils ont la capacité de voir le portrait global d’une situation avec l’ensemble des détails, même ceux qui passent généralement inaperçus pour la majorité des gens. C’est ainsi qu’il devient pour eux, extrêmement difficile de percevoir qu’une seule chose à la fois et de s’y concentrer, s’il n’y a pas d’intérêt pertinent de le faire. Pour reprendre l’analogie tiré du livre le TDAH, une force à rééquilibrer de Diane Dulude, elles voient constamment le portrait en figure-fond* sans interruption. Ces personnes perçoivent ainsi la globalité de leur environnement de manière très complexes. Elles sont sensibles aux bruits ambiants, à la lumière, aux mouvements des gens, etc. Elles voient et ressentent tout, constamment. Comme le souligne la psychologue Diane Dulude, elles ont la capacité de percevoir les différentes perspectives. Ce qui peut s’avérer une grande force et un véritable défi à la fois.

Il est donc faux de croire que la personne ayant un « TDAH » ne perçoit pas les détails ou n’y prête pas attention. C’est totalement l’inverse. Et, lorsque nous avons cette capacité de percevoir tous les détails d’une situation, il devient extrêmement difficile de rester concentrer sur une seule chose précise à un moment précis.

La difficulté de cette attention réside principalement du fait que l’environnement, particulière l’environnement scolaire, est très peu adapté à cette neurologie. L’enseignement et les salles de classe sont pensées et conçu par rapport à la norme : L’attention comme un projecteur, un seul angle.

Cette hypersensibilité et cette intelligence perceptive les amènent à être plus facilement décentrer par leur environnement et c’est à ce niveau que nous pouvons travailler avec eux.

En se basant sur le modèle d’attention déficitaire, les stratégies qui sont couramment offertes servent à pallier ce « faux déficit ». Ainsi, ces stratégies, en plus de faire fausse route sur la compréhension du « TDAH », ne sont pas du tout adaptées à cette neurologique. Plutôt que d’apprendre à la personne comment son cerveau fonctionne et de respecter son fonctionnement, nous travaillons contre sa neurologie, en mode compensatoire. Les méthodes comportementales utilisées actuellement encadrent la personne de manière stricte. On instaure souvent un système de récompenses pour motiver l’enfant, on impose des limites, des plannings à respecter, on tente de le structurer au maximum. Or, à la base, le « TDAH » n’est pas un trouble de comportement, il n’y a donc rien à corriger ou à améliorer à ce niveau. Les méthodes comportementales essaient également de compenser le « déficit attentionnel », en ayant comme objectif d’amener la personne à avoir une attention standard (normale) plutôt que de comprendre comment fonctionne son attention.

Si on contraire, on apprend à la personne ayant un « TDAH » comment fonctionne son cerveau, on peut s’adapter à sa manière d’aborder les travaux scolaires par exemple, les tâches quotidiennes, les rapports sociaux, etc.

Les personnes ayant un « TDAH » sont les mieux placées pour comprendre leur propre mode d’apprentissage. Il est donc essentiel de leur faire confiance, même si cela semble complètement farfelu. C’est en misant sur ses intérêts, sa créativité, en les laissant elles-mêmes explorer ce qui leur convient le mieux qu’elles parviendront à mieux se définir, à mieux se connaitre, à comprendre leur neurologie et à en tirer profit.

Lorsque la personne a un concept de soi mieux défini et des intérêts personnels qui soulèvent la passion, sa motivation incroyable se soulève et elle peut mettre à profit sa capacité de de grande concentration d’où peuvent immerger plusieurs nouvelles idées créatives. L’hyperfocalisation est une force incroyable souvent banalisée et parfois même ignorer lorsqu’on aborde le TDAH.

Nous pouvons donner des outils à la personne afin qu’elle puisse mieux gérer son attention de manière autonome, sans être constamment cesse éparpillée.  Nous pouvons également l’accompagner afin de clarifier son concept de soi en l’aidant à prendre conscience de ses intérêts et passions.

On ne peut pas parler de « déficit » d’attention puisque celle-ci n’est ni absente, ni inférieure, ni déficiente. Il y a seulement un cerveau qui fonctionne de manière différente : une variation génétique du traitement de l’information.

Être concentré sur une seule chose à la fois n’est pas l’unique mode de percevoir notre monde.

 

Mélanie Ouimet

Paru également sur le Huffington Post: http://quebec.huffingtonpost.ca/melanie-ouimet/le-tdah-n-est-pas-un-deficit-d-attention_a_23254414/

 

Références :

Théorie du chasseur-cueilleur:

https://www.thomhartmann.com/articles/2007/11/thom-hartmanns-hunter-and-farmer-approach-addadhd

 

Pour en apprendre plus sur l’importance de bien définir le concept de soi:

Le TDAH, une force à rééquilibrer : Le trouble de l’attention avec ou sans hyperactivitéDiane Dulude, PH.D, Les éditions du CRAM et les éditions Porte-Bonheur.

 

*Figure-fond :

39 Comments

  1. Bonjour, mon fils de 5 ans à été déceler TDHA, tout est compliqué avec lui dans toutes les tâches et jeux de la vie , avez vous des exemples qui me permettrais de l aider à réussir dans son quotidien pour éviter les multiples punitions et disputes que l on peu avoir avec lui . Merci d avance

    • Bonjour,

      Vous pouvez faire la lecture du livre mis en référence de Diane Dulude. Il donne quelques pistes pour aider l’enfant (et l’adulte) dans le quotidien.

      Pour changer la dynamique et pour se sortir du cycle “mauvais comportements, disputes, punitions, opposition, frustration… peut-être pourriez-vous opter pour une approche basée sur la relation mutuelle. En essayant de comprendre pourquoi votre enfant a tel ou tel comportement. Sans punition, juste avec écoute bienveillante et opter pour une stratégie qui conviendrait tant à vous qu’à votre enfant.

      Une autre belle lecture pourrait être d’Isabelle Filliozat “Opposition, pleurs, cris, rage” (6-11ans).

      Merci 🙂

    • Ma vie à toujours été compliqué, le focus, les émotions à fleurs de peau car tu passes toujours pour quelqu’un de stupide, vite à agir ou réagir font en sorte que les décisions que j’ai prise n’ont pas toujours été les meilleurs. Le regard des gens, le jugement, les relations interpersonnelles, les études furent un vrai enfers, le travail une fois adulte…..

      Je ne fut pas surprise quand mes enfants ont reçu un diagnostic…tant qu’a moi j’ai eu le mien a 51 ans et la médication à changé ma vie. Je n’ai jamais atteint mon pleins potentiel en grandissant, la prison interne dans laquelle je vivais prenait toute la place. L’estime de soi est tellement affecté que je ne suis pas surprise quand j’entends qu’il y a une jeune personne c’est enlever la vie. Ce n’est pas à être pris à la légère. Mon fils est prend de la médication et sa vie s’est drastiquement amélioré. Il a commencé à en prendre en 1er année, sa capacité de lire à augmenté de trois niveau en une étape. Imaginez comment son estime de lui a augmenté.

      Il n’y a pas de recette miracle, prenez tous ce que vous pouvez pour aider vos enfants.

  2. Wow! Quelle belle bouffée d’air frais que la lecture de votre article !
    J’ai un enfant de 10 ans diagnostiqué avec un TDA et je vais lui faire lire votre article assurément ! J’ai aussi également envie de l’envoyer à son professeur. C’est tellement difficile en classe pour les enfants qui sont TDA. Merci pour votre article, sincèrement !

    • Merci beaucoup pour votre commentaire! Je suis contente que ce texte puisse aider concrètement. Je sais combien c’est difficile en classe…J’aimerais qu’on revoit entièrement notre système scolaire, ces jeunes, entre autres, se sentiraient plus compétents, car ils le sont réellement!
      Bonne chance pour votre fils.

      • Bonjour,
        Je suis enseignante au primaire et j’ai lu ce texte avec intérêt. Cependant, je termine l’article en n’ayant pas plus d’outils, de stratégies, etc. pour aider ces élèves… J’aurais aimé avoir des pistes de solution.

        • J’offre les formations intervenant le TDAH, une force à rééquilibrer et le TDAH, une force à rééquilibrer en milieu scolaire déjà offerte plusieurs fois à la CSDM et CSMB.

          C’est une formation de 6 h dans sa formule complète et naturellement, il y a plus de pistes concrétes offertes dans ce temps d’échange. Vous êtes Bienvenue de m’inviter chez vous. J’adore de tels partenariats constructifs. Dre Diane Dulude
          http://www.disneduludepsychologue.ca

  3. Ceci doit etre la plus belle et réel explication que j’ai entendue de toute ma vie. Etant une personne ayant ce “trouble d’apprentissage” disont… Ma vie a été très dure essayant de vivre et de comprendre au niveau de la norme. Voilà maintenant 3 ans, j’ai décidé de prendre la route de mes passions. Depuis ce jour, je suis reconnus comme une force sans fin, extremement respecté et recherché au sujet d’entreprenariat, une vie completement différente qu’au paravant.

  4. Géniale ! 🙂
    Je suis TDAH et cet article sur le sujet est la plus belle que j’ai lu à ce jour ! Elle touche exactement les points essentiels permettant de mieux saisir ce qu’est le TDAH autant pour ceux qui le sont ou non ! Je n’aime pas d’ailleurs l’étiquette (TDAH) qu’on porte et votre article est très enrichissante pour ainsi dire touchante. Elle démontre bien que nous sommes des gens «normaux» qui fonctionne «différemment». D’ailleurs, qu’est-ce qu’être normal dans la vie ? Bref, j’ai beaucoup de mal à entendre les choses négatives qui circulent sur le sujet. Beaucoup de gens ne comprennent pas notre réalité car ils ont les idées arrêtées et ne sont pas intéressés à lire davantage sur le sujet. Ce qui me fait mal, c’est d’entendre ceux qui croient que c’est une «maladie» inventé pour faire de l’argent… C’est terrible ! Premièrement c’est loin d’être une maladie lol… Personnellement, depuis que je suis au courant de comment je fonctionne, je n’ai jamais été aussi heureuse et épanouie dans ma vie. J’ai eu une éducation vraiment difficile car j’étais perçu comme la petite fille qui n’écoutait pas en classe, et qui le soir allait dans les cours des «pas bons» à cause de mon «retard». Aujourd’hui, je peux être fière de qui je suis et d’où je suis rendu dans ma vie professionnelle. Merci encore pour votre article ! Je vais le lire et relire et partager et repartager… Il faut qu’on en parle !!!

  5. Merci milles fois!!! Vous venez de décrire ma fille de 23 ans EXACTEMENT!!!

    Je partage…vous avez expliquer dans des mots que j’essaye de formuler il y a longtemps. Ma fille a encore beaucoup de difficultés dans sa vie; intellectuellement, physiquement et mentalement. J’ai aucun doute que la facon dont elle a été enseignée est facteur numéro 1, de beaucoup de ses problèmes.

  6. Merci pour cet article vraiment encourageant… Dont la qualité est évidente tellement les personnes concernées se reconnaissent. On m’a parlé du neurofeedback pour mon fils TDAH. J’aimerais beaucoup avoir des avis sur le sujet mais je ne sais pas où chercher… cela me fait penser à ce que vous dites c’est à dire apprendre comment son cerveau fonctionne…
    Merci

    • Je n’ai pas suffisamment de connaissances sur le neurofeedback.
      Je sais seulement qu’il y a des gens pour qui ça fonctionne et d’autres non.

      Vous-êtes de quel région?

  7. Bonjour, mon fils est atteint du TDAH depuis 8 ans. Ce n’est pas facile. Il est sous traitement. Existe-t-il une école adaptée en Belgique?
    Merci.

    • Je comprend vos difficultés. Je suis du Canada, je n’ai donc aucune idée s’il existe des écoles adaptées en Belgique. Si vous avez des écoles dites alternatives… vous pourriez vous renseigner.
      Bonne chance !

  8. le problème est que l’EN dispense un menu unique au collège, qui débouche ensuite sur trois options: littéraire, scientifique, ou économique.
    La plupart du temps, nombre des matières traitées, sont inintéressantes pour des enfants, dès lors comment peut on leur demander de la concentration, de l’attention ? Un adulte écoute t-il un sujet qui ne l’intéresse pas ?
    Il faudrait regrouper les enfants non pas par âges, dans des classes, mais par centres d’intérêts. Les choses seraient alors bien différentes.

    • Effectivement ! Avoir des cours plus dynamiques et visuel pour les jeunes et plus grands pourraient être aussi une autre manière d’apprendre que de rester assis en classe à écouter.

  9. Mélanie Ouimet, Merci pour votre article.
    Enfin vous décrivez assez Précisément ce diagnostic du TDAH d’une façon Simple et Autre qu’un PROBLÊME INSUMONTABLE.
    Merci de nous faire voir autrement :).

  10. Intéressant… d’Entendre Parler du TDAH de cette façon… ?

    Je constate que moi aussi, je m’y retrouve … dans cet énumération du comportement global avec sensibilité aux détails surtout lorsque je suis dans une situation de vulnérabilité un peu trop intense…
    Avec l’Experience et les Années, j’ajouterai que c’est vrai aussi qu’une créativité trouve son chemin et amène un dénouement parfois presque magique quand je prends le temps d’Attendre…et Attendre… pour enfin découvrir une nouvelle piste de Solution qui s’accorde aussi avec mon corps en même temps afin d’Agir au lieu de réagir à tous les Stimulis.

    Neurodiversité …
    Un nouveau mot pour parler des différentes possibilités d’Intelligences Émotionnelles peut-être… ?

  11. superbe article…je suis hp, et je me pose bcp de questions sur le tda(h), je n’arrive pas à comprendre precisement comment on se reconnait comme tel, j’ai l’impression dans votre article que ça pourrait me correspondre ou correspondre à ma fille, mais ce sont aussi des traits propores aux hp que vous decrivez, du coup je suis perdue…

    • A moins qu’être un spécialiste rigoureux, il est impossible de dire si une personne est HP, TDAH ou autiste, ou autres conditions mêmes. Il y a plusieurs similitudes entre chacune. Il est tout à fait possible qu’une personne HP se retrouve dans ce texte, il s’agit de descriptions et non de critères officiels de DX. Si vous avez des doutes, n’hésitez pas à en parler à un professionnel qui pourra vous guider.

  12. Attention à ne pas confondre le TDAH qui est un trouble cognitif clairement identifié avec des symptômes proches associés la douance. L’amalgame empêcher de penser le monde. Voir à ce sujet cet article d’août dernier: Attentional Lapses in Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder: Blank Rather Than Wandering Thoughts, http://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/0956797617708234 ainsi que la discussion à https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6337699774153711616/ Pour

  13. WOW! C’est une vrai révélation que de vous lire! Je me reconnais tellement dans votre article et cela me touche beaucoup. Cela me touche parce qu’il est vrai, collé sur ma réalité. Je n’ai jamais lu d’article qui dépeint aussi bien comment je peux me sentir, comment je me suis toujours senti. Tout dans ma vie a toujours été un défi. Même à l’âge adulte. J’ai 2 jeunes enfants et parfois je me sens complètement envahit par les différents stimulis: le bruit, les tâches à accomplir, les demandes, mes idées (créatives!) qui se bousculent, etc…OUF! Je dois déployer de gros efforts pour parvenir à trouver un équilibre. J’ai 40 ans, je n’ai pas de diagnostique officiel, mais je suis convaincu x 1000 (de part mon historique de vie) que je suis TDAH… Le livre de Mme Dulude m’intéresse beaucoup! Merci de dépeindre cette condition de manière positive, réaliste.

    • Merci beaucoup. Je crois que si on décrivait les divergences ainsi plutôt qu’en terme de trouble, plusieurs arriveraient à mettre de mots sur ce qui les différencie. Je suis autiste également et c’est en tombant sur un texte écrit par une personne autiste que j’ai réalisé que je pouvais l’être… et non pas en lisant les descriptions officielles aux quelles je ne me retrouvais que partiellement. Entre temps, je croyais que j’étais juste “folle” 😉
      Bonne continuation et oui, je vous recommande cette lecture 🙂

  14. Bonjour!
    Article fort intéressant!!!! J’adore votre perspective sur le sujet et je comprends (du moins je crois) mieux la situation avec un élève en particulier. Par contre, vous ne laissez aucune piste pour guider les enseignants. Vous nous dites quoi ne plus faire mais vous n’apportez aucune stratégie. Peut-être cela fait-il partie d’une autre publication?

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*