Pourquoi il est toujours turbulent avec moi ?

On entend souvent que les jeunes enfants se comportent différemment à l’école, en milieu de garde, chez les grands-parents qu’à la maison. Un bon nombre de crises des enfants subviennent à la maison, en particulier, en présence de la mère. On les perçoit souvent comme un mauvais comportement, comme un caprice ou comme un manque d’autorité parentale.

 

Les décharges émotionnelles:

Pourtant, ces crises de colère, de larme, d’agitation sont la simple expression des tensions accumulées tout au long de la journée ou dans les jours précédents. Les enfants font face à plusieurs situations stressantes et à plusieurs contraintes durant la journée qui peuvent paraître très banales pour les adultes. Ils attendent donc d’être en milieu de confiance pour laisser sortir leur émotions éprouvées dans la journée.

Les crises doivent être entendues et vécues par l’enfant. Et non refoulées en eux. La crise est la manière naturelle pour un enfant de se calmer, il doit passer par cette étape afin de retrouver la sérénité. Les émotions sont présentes pour aider l’enfant à libérer les tensions de son corps. Ces déchargent émotionnelles permettent à l’enfant de se soulager et de retrouver son calme.

Pour qu’une décharge émotionnelle soit permise, l’enfant doit se sentir en confiance avec la personne devant lui. Cette personne doit se montrer à l’écoute et empathique face à ce qu’il vit.

Dans chacune des crises, l’enfant confie un sentiment à ses parents. Chaque enfant le fera d’une manière différente. Certains auront besoin de contact physiques, d’autres auront besoin de s’exprimer librement sans contact physique et d’autres auront besoin de taper le parent. Une tape ne doit pas être perçue comme un mauvais comportement chez les plus jeunes enfants. Bien souvent, ils tentent simplement de reprendre le contact avec le parent, bien maladroitement. Il s’agit de leur manière de vérifier que le lien d’amour n’est pas brisé entre lui et son parent.

Les crises de colère ne sont pas dirigées contre le parent. L’enfant ne rejette pas son parent. Au contraire, les crises sont destinées pour le parent en qui l’enfant a confiance. L’enfant ne sait pas toujours utiliser les mots pour exprimer ces ressentis. Il éprouve seulement un mal être profond et tente de s’en libérer.

Un enfant qui hurle, court dans toutes les pièces, tape, mord, pleure, crie, se roule par terre, gesticule dans tous les sens est plutôt spectaculaire et déboussolant! Les parents ne savent pas toujours comment réagir et intervenir. Imaginons alors plus simplement que l’enfant s’assoie près de vous et vous confie ses peines, ses angoisses, ses frustrations quotidiennes. Vous seriez probablement assis à ses côtés entrain de l’écouter. Une présence silencieuse, calme et tendre est parfois bien suffisante.

Les décharges émotionnelles réservées aux parents, (en particulier à la mère à qui on confie souvent nos peines!), ne sont pas des caprices du à un manque d’autorité. Ces décharges sont une preuve de confiance qu’a l’enfant envers ses parents. Il ne s’agit pas de poser des limites mais bien de faire preuve d’écoute empathique.

 

Mélanie Ouimet

 

 

Références:

Il me cherche et Au coeur des émotions de l’enfant, Isabelle Filliozat

La science au service des parents, Margot Sunderland

Pour une enfance heureuse, Catherine Gueguen

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *