Être parent n’est pas si simple

À vous mamans (et papas !) fatiguées et épuisées prisonnières du tourbillon quotidien entre deux rendez-vous et les nuits non réparatrices écourtées depuis déjà trop longtemps.

Entre la mère que vous souhaitiez être pour votre enfant et la réalité, le choc est cruel et douloureux. L’impatience, les cris, la compétitivité d’être la meilleure. Les sentiments de culpabilité, de honte, de déception, d’impuissance et d’échec sont si lourds à porter. Vous aimeriez tant que tout soit différent. 

Vous vous sentez critiquées, jugées et isolées avec aucun endroit pour déposer votre peine, votre rage et votre immense désarroi. 

Vous êtes humaines, entières et résilientes. Le défi d’élever un enfant est si grand et souvent ingrat. 

Entre les besoins de vos enfants, ceux de votre famille, il y a les vôtres qui ne sont que rarement entendus et trop peu respectés. Leurs besoins entre directement en compétition avec les vôtres et ce, quotidiennement. Tous les jours vos besoins ne sont ni entendus, ni assouvis. Ils sont bousculés et tassés au fond du placard. Vous tentez plus souvent qu’autrement de survivre dans cette folle frénésie.

Cette fatigue incommensurable qui modifie votre aptitude à prendre du recul faces aux événements, qui diminue considérablement votre niveau de tolérance et votre patience. La fatigue est pernicieuse. Elle s’empare de vous subtilement et modifie votre personnalité au point que vous ne vous reconnaissez plus. Vous vous sentez perdues et envahies par des sentiments contradictoires d’amour et haine envers vos enfants. 

Nombreuses sont les mamans qui transportent en silence ce désespoir d’avoir échoué, cette tristesse de se sentir critiquée et cette détresse de se sentir seule au monde. Sachez que vous n’êtes pas seules.

Vous avez ici un endroit pour pleurer vos larmes, pour crier votre rage et pour confier votre déception. Un endroit sans jugement qui vous reconnait pour qui vous êtes. Un endroit qui voit tous vos efforts et votre persévérance. Un endroit qui voit vos capacités uniques en tant que mère. Un endroit qui voit tout l’amour que vous portez à vos enfants. 

La bienveillance n’est pas que pour les enfants. La bienveillance est également pour soi-même. Vous avez le droit d’être maladroites, impatientes, moins réceptives, d’être en colère et de pleurer ses larmes qui apaiserons votre douleur, vos craintes, votre rage et votre sentiment de culpabilité. 

Donnez-vous la permission de ressentir vos émotions et de les accueillir sans jugement. Soyez empathique envers vous-même. Ayez de la compassion envers vous-même. Soyez authentiques. 

Être parents n’est pas si simple. 


Mélanie Ouimet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Shares