Ces comportements qui nous désarçonnent

En tant que parent, il est souvent difficile de comprendre les comportements « excessifs » et « énervants » qu’adoptent nos enfants. Nous avons tendance à interpréter rapidement ces comportements comme étant des manifestations d’opposition, de provocation, de mauvaise volonté, d’insolence. 

Souvent, par manque de ressources, d’informations et d’outils, les parents deviennent de plus en plus rigides et punitifs et un climat autoritariste s’installe dans la maison. Les parents souhaitent ainsi modifier rapidement les comportements inadmissibles de leur enfant. La crainte d’élevé un enfant capricieux ou violents qui n’ira pas au bout de son potentiel est présente dans l’esprit de bien des parents. 

Si nous prenions un peu de recul face à nos propres sentiments et que nous regardions la situation plus objectivement. Ces comportements qu’adoptent nos enfants sont tous des messages à décoder provenant bien souvent d’un débordement émotionnel. Des émotions trop fortes pour la maturité cérébrale actuelle d’un enfant. Les enfants ont besoin du soutien d’un adulte pour s’autoréguler, c’est essentiel à leur développement émotionnel, affectif et social. 

Les cris et les punitions nous éloignent et abîment progressivement la relation que nous avons avec nos enfants. Et surtout, l’estime de soi de l’enfant s’amenuise et son amour propre s’estompe. L’enfant refoule ses émotions au plus profond de lui. Parfois, ses émotions explosent en d’autres « mauvais comportements » physiques ou verbaux. 

« Tu es méchante ! » « Je te déteste » « Tu n’es plus ma mère ». Le cycle d’agressivité et de provocation s’accentue. Pour d’autres, l’affirmation à la punition est immédiate. L’enfant s’affirme encore plus fort en s’opposant, en hurlant, en insultant, en étant plus insolent, en brisant des objets, etc. Une rage au ventre le ronge et il prend tous les moyens qu’il possède pour montrer qu’il existe car ses besoins ne sont pas entendus. 

Or, ces conflits sont souvent évitables lorsque nous sommes disposés à accueillir les émotions de nos enfants et que nous avons conscience de leur rythme de maturation cérébral. Ces comportements que l’on juge inacceptables ne sont pas dirigés contre nous et ne sont pas le résultat d’un manque de discipline ou d’autorité. Pour s’affranchir de cette émotivité, les enfants ont besoin d’une présence empathique et d’amour. Ils ont besoin d’être guidés et accompagnés quotidiennement. Graduellement, l’enfant apprendra à comprendre et gérer ses ressentis et à s’exprimer de manière respectueuse envers autrui. 

En tant que parents, il nous est souvent difficile de demeurer calme dans ces situations pour lesquelles nos enfants sont si intenses. N’hésitons pas à dire notre ressenti à notre enfant. Les besoins de tous peuvent être reconnus lorsque nous admettons que nous sommes dépassés pour le moment mais qu’ensemble, nous allons trouver une solution. Pour se sentir en confiance et pour ouvrir un dialogue réciproque, les enfants ont besoin d’avoir une personne authentique et non d’un parent « parfait ». Pour reconnaitre et accueillir les émotions intenses de nos enfants, nous devons avant tout s’avoir reconnaitre et accueillir les nôtres sans jugement. Nous évoluons avec nos enfants et nous cheminons à leur côté.  


Mélanie Ouimet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Shares