Je suis une adulte et il m’arrive encore de faire des crises!

On dit souvent des autistes qu’ils ont des troubles de comportements. Des émotions trop fortes et trop vives, des réactions disproportionnées et exagérées, des crises fulgurantes sans raison apparente. On avance parfois même que les autistes ont des troubles de l’humeur ou un déséquilibre chimique. Pourtant, lorsqu’on se plonge à l’intérieur de la personne autiste, ces comportements ont tous une source, une motivation et une explication bien logique. 

Ces crises ou ces accès de colère sont en fait des effondrements autistiques. Ces effondrements sont présents tant chez les enfants que les adultes autistes. Hé oui, je suis une adulte et il m’arrive encore de faire des crises! 

Souvent, le tout est déclenché par un élément très banal et mineur comme la faim, la soif, la fatigue, un mal de tête, ne pas trouver mes clés, l’ordinateur qui fonctionne au ralenti, un imprévu, une tâche ardue, l’injustice sous toute forme, le fait de ne pas être comprise et d’avoir à me répéter, faire le ménage et ne pas savoir pas où commencer, faire l’épicerie un samedi quand il y a foule, aller chez le dentiste ou le coiffeur, un chien qui aboie et qui me fait sursauter, une confusion, un contact physique inattendu, etc. 

Je me retrouve rapidement en surcharge sensorielle et à partir de cet instant, je me sens submergée par un sentiment d’impuissance. Je perds le contrôle de mes paroles et de mes mouvements. La colère semble prendre toute la place de manière démesurée avec l’élément déclencheur. Il n’y a aucun gradateur. L’interrupteur colère est ouvert à puissance maximale. 

À l’intérieur, une tension extrême me pèse et survient le point de rupture. J’ai la tête qui tourne. Les pensées dans mon cerveau éclatent en petits fragments. J’ai mal au crâne. C’est comme si on venait de donner un coup de massue dans un miroir et qu’il se fractionnait en mille miettes. C’est affolant. L’envie de crier, de hurler, de me cogner la tête sur les murs est plus forte que tout. Il m’est impossible de réfléchir. Je n’ai plus accès à mon disque dur. C’est le flou total. J’ai de la difficulté à respirer. Je ressens une forte pression dans ma poitrine. C’est le chaos interne et je me sens comme une bombe à retardement prête à exploser. 

C’est ainsi que sans avertissement préalable, le ton grimpe pouvant aller jusqu’aux cris. Des paroles méprisantes, blessantes et sarcastiques, sans but ni logique peuvent être dites. Ce ne sont que des mots dits sans intention de méchanceté. Comme si ces paroles déplacées se voulaient être un moyen d’extérioriser les mauvaises émotions. Des objets peuvent parfois être lancés sur les murs. On assiste à un déferlement des frustrations et des stimuli accumulés et emmagasinés dans une bouilloire maintenue par une soupape à pression depuis un trop long moment. Une multitude d’éléments sensoriels, sociaux et émotionnels vécus préalablement sont à l’origine de cet effondrement terrifiant. 

Une fois la tempête terminée, le calme et la paix interne s’installent. Parfois, j’oublie sitôt tout ce qui vient de se passer. La sérénité et la bonne humeur sont de retour. Parfois, je me sens comme un monstre et honteuse, je voudrais disparaître dans le plancher. Je suis pleinement consciente que mes paroles et gestes étaient totalement hors contexte, désordonné et exagéré par rapport à l’élément déclencheur en soi. 

Vivre un effondrement émotionnel est très difficile tant pour la personne autiste que pour l’entourage qui est témoin de cet ouragan. Le mieux que nous pouvons faire est d’accompagner la personne, en demeurant présent. Durant la crise, la personne autiste a besoin d’évacuer seule la tension. Il faut éviter de lui adresser la parole, de lui poser des questions, de la toucher. Ces éléments ajoutent des informations supplémentaires à traiter ce qui envenime l’effondrement. L’effondrement passera par lui-même. 

En aucun cas il s’agit d’un problème de comportement, d’un caprice ou d’une mauvaise discipline. D’un point de vue neurologique, il existe des différences structurelles et fonctionnelles significatives entre l’amygdale du cerveau autistique et l’amygdale de la norme. L’amygdale étant une partie du cerveau liée à la reconnaissance et à la régulation des émotions. Les émotions des personnes autistes sont souvent vécues à l’état brut et sont souvent sans filtre. 

Au-delà de l’émotion de colère qui semble envahir la personne autiste, lorsqu’on regarde plus en profondeur, on y voit une émotion de peur et de tristesse d’où émergent des sentiments d’impuissance et de panique. L’expression de l’émotion réelle est simplement très mal véhiculée. Les autistes ne sont pas des personnes violentes ni agressives malgré les apparences. Une peur incommensurable habite et envahit la personne autiste dans tout son corps et elle ne fait que se débattre dans un environnement bien souvent non adapté à sa neurologie. 

Les crises sont mal perçues et ont une connotation négative dans notre société. En soi, une crise est une rupture d’équilibre. Ainsi, pour les humains, les crises ont une fonction vitale soit d’évacuer la tension accumulée. Les manifestions bruyantes ou silencieuses d’une crise sont l’espoir de faire entendre notre souffrance à autrui. Elles sont un passage obligé pour retrouver l’équilibre émotionnel intérieur.

Pour un adulte autiste, il s’agit souvent d’un sujet tabou et honteux que l’on préfère garder enfermé sous clé dans le placard. Cependant, aucune émotion n’est honteuse. Au contraire, chaque émotion qui émerge en nous devrait être vécue et exprimée de manière responsable. Plutôt que de réprimer nos émotions, nous devrions les apprivoiser et apprendre à les gérer et à les exprimer dans la non-violence. 

Il est possible d’apprendre à canaliser et à mieux gérer l’expression de nos émotions envahissantes en évitant préalablement les situations qui nous mettent en surcharges sensorielles et qui risquent inévitablement de nous mener vers l’effondrement autistique. Dresser la liste des éléments déclencheurs peut être bénéfique. L’écriture est souvent une bonne méthode chez les personnes autistes pour mettre des mots sur leurs émotions. La méditation s’avère souvent efficace pour mieux canaliser l’anxiété. Bien se connaître et respecter ses limites est aussi essentiel. Prendre du recul et demander un coin tranquille pour se ressourcer lors d’événements sociaux. Il est également essentiel de trouver des outils pour mieux exprimer nos émotions afin de ne pas se blesser ou de blesser l’entourage verbalement ou physiquement. 

Plus nous accompagnons un individu tôt dans l’enfance durant ces moments de crises (plutôt que de l’ignorer, le réprimer ou le punir), plus ce dernier les apprivoisera et sera en mesure de contrôler ses impulsivités et de mieux en gérer l’expression. Nous lui apprenons à ne plus être submergée et effrayée par ses émotions. Nous lui apprenons à traverser la tempête en toute confiance.


Mélanie Ouimet

9 thoughts on “Je suis une adulte et il m’arrive encore de faire des crises!

  • février 12, 2020 at 11:15 am
    Permalink

    Bonjour Mélanie,
    C’est impressionnant! comme si j’avais rédigé ce texte. J’ai découvert tard que j’étais autiste asperger et je vais de découvertes en découvertes. J’ai pu mettre un nom sur un mal être, sur des sensations, mes ressentis…mais je découvre toujours. Ce texte sur la colère me ressemble à 100% et c’est très étrange. Pas facile a vivre effectivement. Le problème est de constater qu’il est simple de mettre des mots sur un état, une émotion, mais comment le faire comprendre à son entourage? Pas facile dans un couple! Difficile de trouver sa place même adulte. Merci pour ce texte qui me permet d’ajouter une nouvelle pièce au puzzle.
    Cordialement,
    Bruno

    Reply
    • mars 6, 2020 at 10:41 pm
      Permalink

      Merci pour ce témoignage.

      Pour l’entourage, si vous exprimer vos émotions et vos besoins de manière responsable et que les autres ne comprennent pas… vous pouvez vous dire que vous avez fait la part du chemin dans la relation.

      Reply
  • avril 24, 2020 at 2:26 pm
    Permalink

    Bonjour,

    En tant qu’adulte, combien de temps durent vos crises ? Et lorsque vous étiez enfant ?
    Je lis partout qu’une crise dure plusieurs heures sans aucun contrôle, et qu’après la personne ne peut plus rien faire ?
    Mais votre témoignage semble différent ?

    Merci

    Reply
    • avril 24, 2020 at 4:34 pm
      Permalink

      Bonjour, je ne crois pas qu’il ait de bonnes réponses. Chez les enfants, les crises peuvent durer très longtemps du fait de l’immaturité cérébral. Les enfants, qu’ils soient autistes ou non-autistes, n’ont pas la capacité de prendre du recul, de réfléchir et de se contenir seul. Ils sont envahis par leurs émotions et ils réagissent. Il n’est donc pas rare qu’une crise puisse durer 45-60 minute, de manière très intense.

      C’est en favorisant un bon environnement, donc accueillant, bienveillant, calme, rassurant, sécuritaire que les connexions dans son cortex préfrontal seront favorisés pour permettre une meilleur gestion émotionnelle.

      Pour les adultes, bien d’entre nous n’avons pas eu cette chance d’être aussi bien accompagné lorsque nous faisions des crises étant jeune. Il peut y avoir plusieurs facteurs qui font qu’un adulte aura plus ou moins de difficulté à apaiser son intérieur. Mais, cela s’apprend, peu importe l’âge.

      Reply
      • avril 24, 2020 at 5:06 pm
        Permalink

        Merci pour votre réponse.

        Reply
  • avril 29, 2020 at 8:27 pm
    Permalink

    Bonsoir,
    J’arrive ici un peu désespérée, je lis vôtre témoignage et j essaie de trouver la réponse, la solution pour sauver mon couple…
    Mon mari serait, d’après lui, autiste asperger… visiblement je le met très/trop régulièrement à mal a son goût, je ne suis pas parfaite mais je suis loin d être le diable. Ce qui est sur, c est qu’il a de olis en plus de crises de ce genre, sachant qu’a l’inverse de ce que vous temoignez, chez lui, aucune phrase, aussi méchante soit elle n est dite au hasard. Il est très intelligent et ne me lâche pas tant que je n accède pas a son point de vue… il se sent renié dans son intégrité alors que je ne fais que réagir du mieux que je peux, parfoos avec plus de temps que ce qu il aimerait.
    Notre relation est devenue désastreuse, entre temps nous nous sommes mariés et sommes devenu parents…
    Encore ce soir c’était la crise alors que j ai juste essayé de rester calme …
    Comment gérer quand on est l’autre, comment gérer quand on se sent piégé dans la discussion dont la personne a besoin alors qu elle s acharne sur vous…
    Si vous avez la réponse, je suis intéressée.
    Merci beaucoup

    Reply
  • juin 3, 2020 at 3:09 pm
    Permalink

    bonjour, j’ai 59 ans et cela ne fait qu’un an que j’ai découvert mon asperger attitude, une vraie claque en fait… votre témoignage sur la colère et la gestion des émotions me va droit au cœur, je pourrais tout reprendre à mon compte. Cela ne fait que quelques années que j’ai pu mieux gérer tout cela, en fait depuis que je suis en couple avec quelqu’un que j’aime et qui me le rend bien (probablement asperger lui aussi, même s’il le dénie !). Mais il y a eu beaucoup de dommages collatéraux, avec des amis et de la famille proche (ma mère, ma fille et mon seul frère) qui n’ont pas compris ma façon « singulière » d’être au monde, et m’ont violemment rejeté… Merci ! Eric

    Reply
  • juin 10, 2020 at 9:57 pm
    Permalink

    Bonjour Mélanie,

    Je vais tenté d’être bref. J’ai partagé la vie d’une jeune asperger pendant quelques années. Nous étions très amoureux mais quelque chose clochait. Nos disputes étaient souvent violentes et pour ma part je suis un sérieux candidat à la dépression. Du coup, relation passionnée mais complexe (nous sommes artistes et avons beaucoup collaboré, collaborons toujours d’ailleurs). Elle ignorait jusqu’il y a peu (moi également, j’avais d’autres hypothèses) souffrir d’autisme Asperger. Lorsque son père est décédé brutalement, notre relation c’est transformée en cauchemar. J’en ai vraiment pris pour mon grade, certaines de mes amitiés également, même si aujourd’hui tout est pardonné. Nous somme séparés depuis plusieurs années mais sommes restés très proches, comme si on se sentait indispensable l’un pour l’autre. J’ai énormément de compassion envers elle et ne peut tolérer de la laissé sombrer dans sa solitude qui ne cesse de s’approfondir. Il lui arrive régulièrement de faire des crises d’une violence inouïe, mais ne peut pas les affronter seule, au contraire elle m’appelle incessamment et rien de se que je peux dire ne semble la réconforter. Tout est au contraire sujet à mauvaise interprétation, et amplifie fortement la crise dont je deviens la cause. Cela peut durer pendant des jours. Je me refuse à l’envoyer bouler car de un c’est impossible, je ne peux pas la bloquer ou ignorer ses appels au risque d’amplifier la haine viscérale qu’elle exprime à mon égard, et surtout car je ne supporte pas l’idée qu’elle souffre à ce point (ma mère est bipolaire et mon père unique en son genre, n’a jamais été capable de se remettre en question alors que sa femme sombrait. L’hôpital a toujours été une solution plus simple que de changer…). Souffrant moi même de mon propre passé, je ne peux plus gérer cette situation qui nous consume elle et moi depuis des années. je souffre énormément (mentalement et physiquement, mon taux d’angoisse et ses conséquences somatiques sont de niveau cosmique). Quelle attitude puis-je adopter par rapport à elle pour arrêter de souffrir et reprendre une vie normale sans détruire la confiance qu’elle m’accorde en dehors des crises? Je pense que j’ai une importance capitale dans sa vie, et j’ai un amour inconsidéré pour elle. Je me suis dit que vous où n’importe qui fréquentant ce site pourrait me donner des pistes, ou me répondre avec la justesse qui malgré touts mes efforts, m’échappe encore.
    Je dois aussi ajouter qu’elle n’a pas conscience, après retour à sa norme, que cela m’impact. On dirait même qu’elle trouve cette idée stupide et que je suis simplement victime de mes faiblesses.

    Merci d’avance de m’avoir lu!

    Reply
  • juillet 21, 2020 at 11:15 am
    Permalink

    Bonjour,
    Ma mère m’a fait lire votre témoignage, car selon elle, mon père est « atteint » de ce syndrome. J’ai du mal à y croire et encore moins après la lecture de votre témoignage. Pensez-vous qu’une crise puisse se refréner pour exploser à un autre moment ? Ou dit autrement, peut-on préméditer sa crise (le fait d’être en colère d’un coup) ? Quand il y a une crise, certaines choses dites peuvent affecter les personnes autour. Cela vous est-il déjà arrivé ? Etes vous capable après une crise de vous excuser pour vos propos ? Je vous remercie de vos réponses qui me permettront de savoir comment agir.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shares