Une question de terminologie

Trouble sévère du développement, trouble du spectre autistique, trouble neurologique, trouble neurobiologique, trouble envahissant, trouble grave, trouble, trouble, trouble!

Maladie, pathologie, affectation, désordre, altération, sphère atteinte, sphère touchée, problème, dysfonctionnement, symptôme, maladie neurologique qui détruit la vie, lésions cérébrales, déficience.

Restreint, répétitif, stéréotypie, anormal, fixation, lacune, idiosyncrasie, lubie, tic moteur, déficit, incapacité, dans sa bulle, résistant, contrôlant, ne sourit pas, manque d’empathie, dans son monde.

Avec autiste, mon petit TSA, atteint d’autisme, souffrant d’autisme, TSA, personne incomplète, personne brisée, enfant affecté.

Vaincre l’autisme, éradiquer l’autisme, sortir de son autisme, se comporter normalement, réparer les lésions cérébrales.

C’est ainsi que l’autisme est décrit. Décrit par les spécialistes, les professionnels, les observateurs, les scientifiques. Cependant, ces mots ne représentent pas les autistes. La majorité des autistes vous diront que ces mots sont dévalorisants, limitatifs, humiliants et surtout, injustes et inappropriés.

L’autisme n’est pas une maladie, ni un trouble. L’autisme est une différence neurologique, une intelligence focalisée, une variation génétique du traitement de l’information. Les autistes ont un cerveau connecté différemment qui leur confère une gestion différente de la perception. Une variation humaine qui existe depuis fort longtemps. Une variation qui fait partie de l’évolution naturelle des êtres vivants, de l’être humain.

Les autistes ne sont pas des humains brisés. Il n’y a aucune pièce manquante à leur puzzle humain. Les personnes autistes ont un fonctionnement autistique simplement. Un fonctionnement atypique, original et distinct de ce qui est commun habituellement de rencontrer chez une personne.

Avoir un fonctionnement autistique c’est aussi avoir une vision du monde qui sort du commun. Un fonctionnement interne de la pensée unique et d’un type d’identité fondamentalement différent de la norme.

Les autistes ne sont pas dans une bulle. Ils sont présents et existent dans le même monde que tous les humains. Ils sont dans la même réalité. Ils voient généralement la vie avec simplicité, authenticité. Ils voient l’essentiel. Ils voient les détails. Les vivants, les non-vivants reçoivent la même attention. Ils perçoivent le monde différemment. Ils communiquent et socialisent de manière non standard.

Ce qui entraîne parfois un apprentissage autodidacte ou non conventionnel. Une intelligence focalisée, des passions exceptionnelles, parfois étonnantes. Des champs d’intérêts spéciaux, parfois rarissimes.

Une condition autistique c’est également avoir une sensibilité distinctive. La surtimulation quotidienne ressentie est contrôlée et gérée par de petits gestes ou rituels. Des petits gestes essentiels pour la personne autiste. Des gestes précieux pour la détente, pour la concentration, pour trouver le calme, etc.

Les autistes font partie d’une même famille. Les niveaux de fonctionnements et les types importe peu, en plus d’être très aléatoires, subjectifs surtout, évolutifs dans le temps. Il n’existe pas de parois étanches pour diviser les autistes. Même si les degrés semblent beaucoup plus marqués à l’enfance, nous ne pouvons pas en dire autant lorsque les autistes atteignent l’âge adultes. Les difficultés et les obstacles sont rencontrés chez toutes les personnes autistes et ne sont pas directement en lien avec ledit niveau de fonctionnement mais bien avec plusieurs facteurs environnementaux, familiales, etc.

Dans notre société actuelle, l’incapacité des neurotypiques à comprendre le langage autistique place les autistes en position inférieur et déficitaire. Il est possible de trouver une langue commune afin que tous soient respectés et compris.

Reconsidérons la nature humaine. Nous avons tous notre part à faire pour s’adapter aux différentes formes d’intelligence humaine. Commençons tout d’abord par revoir les terminologies utilisées afin que tous les individus soient considérés dans leur identité et nature profonde.

Les autistes souhaitent la reconnaissance positive de leur condition.

 

Mélanie Ouimet

Pour avoir plus d’information sur les terminologies respectueuses à employer, je vous invite à consulter ce petit tableau fait par Aut’Créatifs:

Raconter l’autisme autrement

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*