L’utilisation non orthodoxe des jeux à l’image d’une perception distincte

On dit souvent que les autistes n’ont pas d’imagination. On dit qu’ils peuvent aligner des objets mais qu’ils ne jouent pas avec. On dit qu’ils ne s’intéressent pas à la fonction première d’un jouet. On dit qu’ils sont fascinés par un aspect particulier, sa couleur, sa texture, son odeur, ainsi, qu’ils ne comprennent pas les jeux. On dit qu’ils font des jeux dénués de sens et d’imagination. En observant les autistes, on dit bien des choses !

Lorsqu’on se contente d’observer à distance les enfants autistes, il est facile d’en tirer des conclusions parfois trop hâtives et surtout, erronées. Et si nous allions voir de plus près.

On entend souvent que l’alignement d’objet est un trouble limitant les apprentissages de l’enfant autiste.
Pourtant, l’alignement d’objet fait partie du développement normal des autistes. Tous les enfants veulent de manière innée comprendre comment fonctionne le monde. Observer les jouets, regarder attentivement les détails, faire tournoyer les roues des petites voitures, apportent cette réponse aux autistes : comment ça fonctionne.

Il s’agit là d’une belle démonstration de leur différence neurologique. Leur cerveau est fait pour organiser, ordonner, classifier, répertorier, structurer avec précision. Leur cerveau les amène à concevoir le monde autrement. Il les amène à percevoir la vie en détails concrets avant de la percevoir dans sa globalité. Nous avons le choix de voir un objet dans son ensemble ou de voir tous les minuscules petits détails qui le compose : Les roues, les mouvements rotatoires, les engrenages, la couleur, les matières, les textures, etc.

Ne serait-ce pas là, la base de cette intelligence différente ? Voir la vie sous une autre perspective.

Au-delà des observations, si nous entrons voir ce qui se passe dans la tête d’un autisme, nous pourrions être surpris d’y découvrir un monde imaginaire étonnant.

Étant jeune, j’alignais, entre autre, mes smarties, en série. Deux bleues, deux rouges, deux jaunes, ainsi de suite. Des petites amies qui se tenaient la main dans la forêt enchantée essayant de suivre un chemin qui les mèneraient à l’abris du grand ogre qui voulait les manger. Probablement qu’à distance, si on m’observait, on aurait pu conclure que je manquais d’imagination et que je ne faisais rien de mes journées.

Au contraire de ce qui est véhiculé et apparent, l’imagination des autistes est dans bien des cas, plus que débordante. Les autistes aiment se créer un monde imaginaire dans lequel tout est possible d’inventer, de créer. Leur imagination est seulement différente de ce à quoi on s’attend habituellement. Et puis, pourquoi utiliser un objet pour sa fonction prévue alors que nous pouvons l’utiliser comme bon nous semble ? Ne serait-ce pas ça, l’imagination sans limite ?

Les jeux de “faire semblant” peuvent parfois être absent. Cela ne signifie pas pour autant absence d’imagination. Ce n’est pas parce que la personne autiste ne s’invente pas des jeux autour de scénarios sociaux qu’elle est incapable d’imaginer, de concevoir et d’élaborer des jeux et des créations. Les scénarios sociaux ne sont pas un critère pour être imaginatif.

Les autistes peuvent parfois préférer s’inventer des scénarios logiques et cohérents. Ce qui est tangible et concret n’empêche pas la créativité. L’imagination peut seconder la logique en lui fournissant un terrain d’expérimentation. Imagination et raison sont intimement liés dans plusieurs domaines, comme en art ou en science. Observer, raisonner pour inventer.

L’imagination autistique parfois vive et exubérante est peut-être trop inusitée pour la majorité des gens que les conclusions sont à l’opposé de la réalité. Leur monde imaginaire est peut-être trop difficile à suivre pour bon nombres de neurotypiques.

Peu importe comment fonctionne l’imagination des autistes, il est évident qu’il ne s’agit pas du même type d’imaginaire que l’on voit communément.

Avoir une vision globale et générale ou avoir une vision des détails pointilleux. Qui peut se permettre d’affirmer que l’une ou l’autre de ces perceptions est mauvaise ? Qui pourrait affirmer que l’une ou l’autre n’est pas essentielle à l’évolution de la société ?

L’alignement de tracteurs, de dinosaures, d’ourson en peluche, de timbres, d’insectes, etc. n’est pas un trouble limitant les apprentissages mais simplement une passion animée à la base de la différence cognitive qui guide l’enfant vers son chemin de vie.

Mélanie Ouimet

9 Comments

  1. Tres intéressant et enrichissant à lire, on doit vraiment regarder et porter attention aux alentour de nous pour en découvrir plus.

  2. Hello There. I found your blog the usage of msn. That is a really neatly written article. I will be sure to bookmark it and come back to learn more of your helpful information. Thanks for the post. I will certainly comeback.

  3. Its such as you learn my mind! You seem to understand so much about this, like you wrote the book in it or something. I believe that you could do with some p.c. to force the message house a little bit, however other than that, this is magnificent blog. A fantastic read. I will certainly be back.

  4. A person necessarily lend a hand to make severely articles I would state. This is the very first time I frequented your website page and thus far? I amazed with the analysis you made to create this particular post amazing. Excellent job!

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*