Le mythe de “l’autisme léger ou sévère”

Nous avons tendance à catégoriser les autistes entre eux et à les étiqueter de « légers » ou de « sévères ». On entend souvent que les autistes « sévères » n’ont rien en commun avec les autistes « légers ». On compare les autistes Asperger et les autistes de Kanner en suggérant que les premiers ne seraient que très faiblement « atteints » et que les deuxièmes auraient un degré de « sévérité » si prononcé que l’espérance d’une vie « normale » est vouée à l’échec en leur présumant une intelligence et une autonomie limitative absolue.

Cette série de trois textes tentera d’émettre des bases sur cette question en abordant l’histoire médicale de l’autisme, la dérive des critères d’évaluation et des diagnostics et l’inclusion des autistes.

Pour comprendre l’absurdité du mythe sur la sévérité de l’autisme, il faut connaître un peu l’histoire médicale de l’autisme puisqu’elle est à la base de celle-ci. Ainsi, ce texte se voudra une brève synthèse historique et factuelle servant de référence pour les textes suivants.”

 

Pour lire l’article complet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *