Le mythe de l’autisme “léger ou sévère” (fin)

Playful portrait of a young boy enjoying a spring day at the park. He finds enjoyment in the simple discovery of finding the seed head of a dandelion flower.

“Pour favoriser l’autonomie d’une personne autiste, nous devons tout d’abord respecter et comprendre sa neurologie. Même si en apparence, un enfant autiste qualifié de « sévère » ou de « bas niveau » ne semble rien faire, ne rien apprendre et être enfermé dans son monde, ce n’est jamais le cas. Tel un éventail, l’enfant autiste se focalise sur les détails pour s’ouvrir graduellement, à son rythme, vers l’extérieur. En ce sens, les enfants autistes n’ont pas de retard d’apprentissage et font simplement des apprentissages différents. Il est donc essentiel de voir l’autisme comme un mode de fonctionnement différent et non un handicap ou un déficit à combler, car c’est ainsi que les plus grandes erreurs sont commises.”

 

Pour lire l’article complet sur le Huffington Post

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*