Le don des orchidées

L’hypersensibilité cette particularité neurologique fragile et délicate ayant un monde intérieur riche à nous offrir.

 

 

L’hypersensibilité est une caractéristique neurologique qui se retrouve entre autres chez les autistes, les personnes ayant un TDAH, les dyslexiques, les personne ayant un haut potentiel.

Les personnes hypersensibles ont la capacité exceptionnelle de capter des détails qui s’expliquer par une plus grande activation des zones du cerveau impliquées dans l’association de l’information visuelle à l’attention. (Elaine Aron et Arthur B. Lintgen)

Être hypersensible, c’est avant tout de voir le monde en images, de percevoir tous les détails infiniment subtils. C’est d’être intuitif et logique.

Être hypersensible, ce n’est pas être fleur bleue ni d’avoir une émotivité exacerbée. L’hypersensibilité n’a rien à voir avec les réactions émotives mais bien avec une neurologie différente qui nous amène à recevoir les informations entrantes comme étant des stimuli sensoriels brutes. L’environnement pénètre littéralement ces personnes comme si elles n’avaient aucune barrière protectrice. Alors qu’à l’opposé, la majorité des gens transforment les informations sensorielles en information linguistique, donc, verbal.

On remarque chez ces personnes une sensibilité accrue aux sons, à la lumière, au toucher, au goûter, au toucher, aux émotions ainsi qu’à l’atmosphère en générale. Ils peuvent également être déstabilisés par les imprévus, les situations nouvelles et les changements.

Ces personnes peuvent également avoir des réactions ou comportements particuliers qui sont mal compris, comme de la colère, de l’agressivité, de l’inattention (fausse apparence de ne pas faire attention aux détails), un repli sur soi, une moins grande sociabilité, des intérêts pour les objets, etc.

Il a été observé que les hypersensibles ont des variantes des gènes des neurotransmetteurs régulateurs de l’humeur : dopamine et sérotonine, ce qui les rend plus sensibles au stress, particulièrement s’ils ne connaissent pas leur neurologique et si leur environnement est hostile.

La parentalité bienveillante joue un rôle essentiel dans le développement et l’épanouissement de ces êtres hypersensibles. (Tomas Boyce) Tels les orchidées qui ont énormément besoin de soins minutieux pour s’épanouir, les « enfants-orchidées » ont besoin d’un environnement chaleureux, empathique et aimant. Ils ont également besoin d’une grande écoute et de l’aide pour verbaliser ce qu’ils ressentent.

On remarque que ces enfants se déprécient facilement. Ils ressentent facile la honte et le sentiment d’infériorité. Ils ont davantage besoin d’accompagnement et d’empathie. Ils ont besoin d’une relation affective d’égale à égale plutôt que de vivre dans une relation autoritaire, d’obéissance et de punitions.

Un climat autoritaire accentuera la dévalorisation, la mauvaise estime de soi, le refoulement émotif, l’impulsivité, la désinhibition, les explosions d’agressivité, les comportements d’opposition, etc. Il en va de même lorsqu’on instaure des thérapies comportementales dans le but de modifier des comportements sans tenir compte des ressentis de ces personnes. Lorsqu’on traite ces comportements comme étant des troubles mentaux ou des déséquilibres neurobiologiques, on néglige le fonctionnement de la personne, on diminue son estime de soi et on néglige le développement d’une relation affective avec l’enfant ou même avec l’adulte. Dans ces conditions, comme la fleur d’orchidée, les hypersensibles dépérissent.

Il semble plus facile de nos jours de poser une étiquette de « trouble mentaux » plutôt que d’investir dans la relation mutuelle réciproque et dans un travail rigoureux de long terme.

Adopter une approche bienveillante, basée sur la confiance, l’accompagnement et la relation humaine favorisera le développement cognitif et émotionnel de l’enfant, et ceci est d’autant plus vrai pour les « enfants-orchidées ». Il pourra mieux apprendre comment fonctionne son cerveau divergent. Ces petits orchidées s’épanouissement pleinement dans des milieux stimulants et sécurisants.

Dans ces environnement favorables et enrichissants, l’enfant tumultueux, inattentif, impulsif, renfermé et opposant, se transforme en un être doté d’une grande sensibilité, d’une intelligence émotionnelle exceptionnelle et d’un don créatif qu’il pourra exploiter dans toutes les sphères de sa vie.

 

 

1 thought on “Le don des orchidées”

  1. bonjour
    pouvez vous me guider sur des associations ou autres supports.
    j ai un enfant hyper actif opposant cest difficile en milieu scolaire et en famille.
    nous sommes démunies et avons besoin d aide.
    merci de ce que vous pourrez m apporter.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *