L’autisme et les émotions

Comme dans plusieurs domaines, les émotions se manifestent et s’expriment différemment pour les autistes. Bien que parfois déstabilisante et énigmatique, l’expression de leurs émotions méritent d’être respectée et la stigmatisation doit cesser.

Contrairement à ce qui est véhiculé, les autistes ont des émotions, des sentiments, des humeurs et des sensations. Ils ont également la capacité de ressentir la gamme complète des mélanges d’émotions et ainsi d’éprouver des sentiments comme l’angoisse, la honte, la jalousie, la haine, l’euphorie, etc.

Certains autistes ressentent une émotion mais ne pourront que la nommer quelques heures, jours, mois voir années plus tard. Les émotions et sentiment peuvent être vécues et reconnues avec un certain décalage.

Certains autistes auront davantage besoin d’aide pour apprendre à reconnaitre et nommer les émotions et décrire les sensations qui se passent à l’intérieur d’eux.

Leur neurologique particulière traitent les émotions d’une manière unique et lorsque combinée à une hypersensibilité émotionnelle, les émotions sont souvent vécues très intensément intérieurement. Ainsi, cette perception émotionnelle atypique et ces ressentis, parfois plus vifs, ne proviennent pas d’une altération des structures cérébrales qui analysent et décodent les émotions, mais bien de branchements cérébraux distincts.

Le cerveau autistique est un cerveau perceptif. L’attention accordée aux détails est donc significative. Des détails qui peuvent sembler sans importance ou même passer inaperçus pour la majorité des gens. Pour les autistes, ces détails sont au cœur de leur conception du monde et le décodage des émotions n’en fait pas exception.

Également, à défaut de toujours bien traduire les émotions sur le visage des gens et dans leur ton de voix, plusieurs des autistes ressentent les sentiments des autres de manière intuitive. Sans savoir pourquoi, il arrive que certains autistes se sentent envahis par une émotion difficile à identifier et souvent, cette émotion ne leur appartient pas. Les frontières interpersonnelles sont très souples et perméables. Les personnes autistes peuvent donc être très sensibles à l’ambiance dégagée par les personnes dans leur environnement. Les surcharges sensorielles peuvent également être émotives et générer un véritable chaos émotionnel à l’intérieur de soi.

Bien souvent, nous sous-estimons les impacts de nos comportements envers les autistes sur le plan émotionnel. Lorsque nous ignorons, banalisons ou jugeons un sentiment ou son expression, d’une personne autiste (ou de tout être humain d’ailleurs) que nous qualifions d’inconvenable, nous faisons preuve de violence psychologique. Une frustration non entendue, une peine considérée sans importance, un rire prononcé critiqué, un “maniérisme” dit exagéré sont des manifestations de dénigrement des émotions d’un individu. Certaines personnes autistes en sont très profondément atteintes et démolies.

L’intelligence émotionnelle des autistes n’est pas inférieure à la norme, ni dysfonctionnelle, ni excessive. L’intelligence émotionnelle atypique des autistes a autant de potentiel et de valeur et surtout, elle mérite d’être comprise de tous.

 

1 Trackback / Pingback

  1. L'autisme et les émotions - La neurodiversité

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*