La soif d’apprendre des autistes

Il y a en eux une force centrifuge qui leur permet de s’extraire des tourments de l’extérieur.

Ils se concentrent sur ce qui les attire et mettent pour un temps le reste de côté…

Si l’on tente de les extraire trop brusquement de l’objet de leur concentration, certains autistes en souffrent physiquement autant que psychologiquement, tel un plongeur que l’on aurait privé de paliers de décompression.

Ils ont en eux la capacité d’explorer avec finesse et précision un sujet, ou une activité particulière jusqu’à satiété…

Ce ne sont en aucun cas des caprices ou un manque de volonté à explorer autre chose. C’est tout simplement qu’ils savent nourrir en eux de très grandes passions et que cela englobe la totalité de leur être.

Bien évidemment ils ont soif d’apprendre et comme tout le monde ils savent apprécier la diversité des savoirs et des enseignements. L’esprit libre, ils explorent le monde, naturellement…

Mais ils ne savent pas faire semblant de se passionner pour un sujet qui les laisse en réalité indifférents… Ils ne s’émeuvent pas pour faire bonne figure… Et c’est l’une de leurs nombreuses forces ! Cette force constitue le terreau de leur savoir-faire.

En évoluant, les passions se dévoilent puis vient le fabuleux temps du partage…

En respectant leur concentration, leurs intérêts, leurs passions, on peut permettre aux autistes de s’ouvrir aux autres en temps voulu et avec grâce !

La neurodiversité offre de la diversité dans la façon de se construire, de la diversité dans la façon de se présenter au monde.

Chantal Loiseau

https://lefflorescence.wordpress.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*