Autisme, sensibilité et affection

Il y a une croyance sur la réalité autistique qui me choque particulièrement. Cette persuasion pour laquelle une personne autiste n’est pas affectueuse et/ou n’a pas besoin d’affection.

Cette perception est tellement loin de la réalité.
Quand je lis que les autistes ne répondent pas aux gestes affectueux, je vous réponds que vous n’avez pas compris les démonstrations affectives des autistes.

Tout comme pour plusieurs autres sphères, l’affection des autistes est différente des personnes typiques à plusieurs niveaux.

L’expression de l’affection, les gestes et paroles affectueuses se différencient de la norme. Il ne s’agit pas d’une incapacité, ni d’un déficit, ni d’un manque de désir de montrer ou de recevoir de l’affection. Il s’agit d’une sensibilité affective et émotionnelle unique.

Ne pas répondre spontanément aux gestes affectueux ne fait pas des autistes des personnes insensibles ou des personnes qui ne ressentent rien. Et surtout, cela ne signifie pas qu’ils n’ont pas besoin d’amour et besoin de se sentir aimer. Il serait faux de croire qu’ils n’ont pas besoin de chaleur humaine.

De par leur grande sensibilité, je crois qu’au contraire, la majorité des autistes ont un besoin immensément grand de tendresse, d’empathie, d’humanité, de chaleur humaine et de se sentir appréciés et aimés.

Certains autistes n’aiment pas les contacts physiques, c’est bien vrai. Seulement, la résistance aux câlins provient souvent d’une hypersensibilité au toucher et non d’un détachement. Certains autistes sont très sensibles et ils peuvent même éprouver de la douleur physique lors d’un câlin. Le toucher est aussi différent.

La sensibilité tactile n’a rien à voir avec la sensibilité affective. Plusieurs parents peuvent croire à tort que leur enfant autiste n’est pas affectueux parce qu’il refuse les câlins. Ne faites pas cette erreur.

Par expérience personnelle, j’ai cru durant bons nombres d’années que j’étais ce monstre insensible. Insensible aux autres. Insensible à mes propres ressentis. J’ai fini par me couper totalement de mes sentiments. J’ai fini par croire que j’étais véritablement sans affect jusqu’à ressentir un énorme vide intérieur. Une sensation de ne plus exister. Un jour, une personne a vu cette grande sensibilité cachée en moi et m’a aidée à la retrouver. Au contraire de ce que je pouvais croire, je suis une personne hypersensible et très empathique aux sentiments des autres. Ma sensibilité est simplement bien différente et mes émotions s’expriment distinctement.

Ainsi, je ne dirais pas qu’un autisme n’aime pas être câliné, touché ou embrassé. Je dirais qu’un autisme a besoin d’être câliné, touché et embrassé à sa manière. Un câlin fait de manière spontané par autrui peut être perçu comme une véritable agression. Certains contacts physiques sont à éviter dans certaines situations. Parfois le câlin est trop fort, parfois la personne autiste se sent prisonnière.

Demandez à la personne autiste si elle veut un câlin peut faire toute la différence. Laissez votre enfant prendre les devants face à ses besoins affectifs. Mettez-vous à sa hauteur et tendez-lui les bras. Parfois, il viendra s’y blottir et d’autres fois non et il ne faut pas le voir comme une offense. Demandez-lui ce qu’il préfère, quelle position le rend confortable. Il faudra parfois y aller par essaie et erreur.

Un enfant autiste pourra être trop sensible au toucher pour un câlin. Mais il n’y a pas seulement le toucher pour démontrer notre amour. Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir des mots. Un enfant a autant besoin de votre attention pour se sentir exister et combler un besoin affectif. N’hésitez pas à dire à votre enfant qu’il est important pour vous. Passez du temps avec lui. Pour les enfant, autistes ou non, l’amour s’appelle temps. Un enfant a besoin de se sentir apprécié et accepté tel qu’il est. N’hésitez pas à dire à votre enfant que vous l’aimez quand vous ressentez cette émotion. Il le ressentira et c’est tout ce qui compte.

Il ne faut pas prendre personnel un refus affectif mais plutôt chercher à comprendre les besoins de l’autre et de se respecter mutuellement.

Si un enfant est moins affectueux par le contact physique, ce n’est pas parce qu’il est autiste. Chaque enfant est différent autiste ou non. Mais tous ont besoin d’affection et d’amour.

 

 

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*